Les plantes pour combattre une haleine fétide

Plante contre une mauvaise haleine        La phytothérapie correspond au traitement d’une pathologie grâce aux propriétés des plantes. En effet, les principes actifs naturels présents dans les plantes sont très efficaces. Il est important de rappeler qu’un grand nombre de molécules thérapeutiques, de médicaments, aujourd’hui fabriqués de manières synthétiques, ont au départ été extraite des plantes.

Dans le combat contre l’halitose, ou mauvaise haleine, la phytothérapie peut s’avérer d’une aide utile. En effet, une haleine fétide est désagréable a supporter. Certains principes actifs extrait ont une action préventive ou traitantes. D’autres sont plutôt destinés à un traitement symptomatique en masquant l’odeur désagréable.

=> Ces plantes seront utilisées soit en infusion, soit en décoction.

La décoction permet d’extraire les molécules actives de la plante, les principes actifs, en la dissolvant dans de l’eau bouillante. Il faudra donc placer des petits morceaux de la plante désirée dans un récipient d’eau, la chauffer pour qu’elle devienne bouillante, puis maintenir la température constante pendant quelques minutes. Il faut ensuite filtrer le mélange obtenue et laisser refroidir légèrement le liquide. La décoction permet une meilleure extraction que l’infusion, mais ce principe implique que les principes actifs de la plante ne soit pas thermolabiles (détruit par la chaleur).

L’infusion, à l’inverse de la décoction, consiste à plonger les morceaux de plantes dans une eau déjà bouillante, que l’on laissera refroidir.

 

 Voici une liste de quelques plantes utiles pour lutter contre la mauvaise haleine:

1.1.          L’Angélique sylvestre

L’Angélique sylvestre, ou Angelica sylvestris, est une plante retrouvée dans les prairies et les bois. Parmi un grand nombre de propriétés que procure cette plante, on retrouve une facilité d’écoulement de la bile et une meilleure digestion. Ceci permet donc de prévenir l’halitose, et est utile chez les personnes dont les causes identifiés de l’halitose peuvent être traités par cette plante.

La racine de cette plante peut être mâcher, ou elle peut être utilisée en bain de bouche grâce à une décoction.

Cependant, l’angélique est contre-indiquée chez les femmes enceintes.

 

1.2.          La Benoîte

Cette plante, trouvé en grand nombre en France, est recueilli afin d’utiliser sa partie souterraine (rhizome). Elle pousse plus particulièrement dans les zones humides et sombre à faible altitude. Entre autre, la Benoîte possède une activité antiseptique, qui permettra de prévenir l’apparition d’une mauvaise haleine.

 

1.3.          Le Cresson des fontaines

Le Cresson des fontaines, ou Nasturtium officinale, est une plante qui est principalement retrouvé à proximité des courants d’eau vives peu profonds.

Ses feuilles, fraiche ou sèche, permettent en quelque sorte de remplacer le chewing-gum. En effet, mâcher une de ces feuilles permet de garder une haleine fraiche.

 

1.4.          Le Genévrier

Le Genévrier (Juniperus communis), est une plante poussant sur les pelouses, et aux propriétés antiseptique. Tout comme la Benoîte, elle permet donc de prévenir le développement de bactérie au niveau buccal qui provoqueraient une mauvaise haleine. De plus, cette plante permet de stimuler les sécrétions du corps, en particulier les sécrétions salivaires. Cela permet donc de lutter plus efficacement contre l’installation de bactéries odorantes.

Une infusion de Génévrier après le repas est parfaitement indiqué dans le traitement de l’halitose.

 

1.5.          Le Millefeuille

Cette plante, de son nom latin Achillea millifolium, pousse en bordure des chemins et dans les caniveaux. Elle possède de très nombreuses propriétés thérapeutiques qui sont par ailleurs connus et utilisé depuis la préhistoire. Ce qui est intéressant dans le traitement de l’halitose par cette plante, c’est qu’elle permet de faciliter la digestion, et ainsi diminuer le risque de remontée gastrique et de mauvaise haleine. De plus, tout comme le Genévrier, elle stimule les sécrétions salivaires.

Le Millefeuille peut être consommé sous forme de racines, que le patient pourra mastiquer, comme un bâton de réglisse.

Cependant, il convient d’être prudent vis-à-vis de son utilisation puisqu’elle peut déclencher des allergies cutanées de type érythèmes ou rash chez les sujets hypersensibles.

This entry was posted in Divers. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>